Jardinage

Propositions de conception de paysage sans visiter

Propositions de conception de paysage sans visiter


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Propositions de conception de paysage sans visiter Les emplacements des projets de développement résidentiel proposés dans le métro de Vancouver ont été expulsés par l’organisme de planification régional du Lower Mainland.

Le comité conjoint de la planification de l’utilisation des terres (JLUC) du gouvernement régional de Metro Vancouver a récemment envoyé une lettre aux résidents et aux propriétaires d’entreprise préoccupés par les plans visant à construire des développements résidentiels et commerciaux sur des terres qui pourraient être zonées comme rurales dans le plan communautaire officiel de la municipalité. Les résidents et les entreprises craignent que, dans le cadre d'un projet de plan de cette nature, leurs communautés pourraient perdre leur nature rurale et, à leur tour, être impactée négativement de diverses manières.

Cependant, le JLUC affirme que son mandat ne couvre que des terres dans la juridiction du métro Vancouver. Par conséquent, la lettre du comité, datée du 18 novembre, ne peut pas être appliquée à tous les terres proposées pour le développement résidentiel et commercial dans la région du Grand Vancouver.

"La lettre dans le dossier public concerne spécifiquement la juridiction de [Jluc]", a déclaré un porte-parole de JLUC. «La juridiction du JLUC est la zone grise du point de Vancouver et sa juridiction s'étend spécifiquement à tous les terres où la planification de l'utilisation des terres est en vigueur. La lettre [Jluc] ne couvre pas les zones à l'extérieur de la région de Vancouver, qui comprennent le district régional de Kootenay Boundary, North Okanagan Land District, Peace Arch, Boundary, District régional du Central Kootenay, District régional de Cariboo, Nelson Maple Leafs, West Kootenay District régional, district régional de Cranbrook, district régional de Nelson Lakes, district de Pemberton, district de Wells, Lake Country, Columbia-Kootenay District, Boundary-Similkameen District régional, district régional de l'Intérieur central, district régional d'Okanagan, North Okanagan Regional District, Similkameen Regional District District, Shuswap Regional District et le district régional Flathead, ou d'ailleurs toute terre agricole dans le reste de la province.

Le JLUC a compétence pour ces terres en vertu de diverses législations provinciales telles que la loi sur la gestion des terres agricoles et la réserve foncière agricole, ainsi que le district terrestre agricole.

La juridiction du JLUC est distincte de la réserve foncière agricole. Bien que la réserve foncière agricole soit définie par la loi, elle ne s'applique pas aux terres agricoles utilisées à d'autres fins telles que la production agricole, la production de nourriture et de bois et la transformation du bois.

La loi sur la gestion des terres agricoles définit une terre agricole comme des terres utilisées pour la production de cultures agricoles, d'élevage, de produits d'élevage ou de produits forestiers, ou pour répondre à la consommation domestique ou industrielle de produits agricoles tels que les céréales, le blé, la farine, etc.

La réserve foncière agricole peut s'appliquer à cette partie d'une terre agricole qui n'est pas utilisée à ses fins, mais seulement si le ministre de l'Agriculture l'a approuvé aux fins de la préservation des terres agricoles, du programme de développement du marché rural des bovins ou d'une autre conservation fins.

En ce qui concerne les terres agricoles et la réserve terrestre agricole, chaque juridiction a une définition légèrement différente. Le ministère doit accepter des terres pour la réserve foncière agricole au moyen d'un certificat d'acquisition de terres (LAC), conformément à la législation provinciale, avant qu'elle ne devienne une réserve terrestre agricole. Le LAC doit être obtenu dans les trois ans suivant l'entrée en vigueur de la loi sur la gestion des terres agricoles.

Une fois qu'une réserve de terres agricoles est approuvée, un certificat d'acquisition de terres (LAC) sera délivré, puis le terrain est ajouté à la réserve foncière agricole, qui devient alors une réserve légale à perpétuité. Il ne peut jamais être aliéné ou vendu, sauf s'il s'agit d'une ancienne terre agricole qui appartient maintenant à une personne autre qu'une société.

La loi sur la réserve foncière agricole et toutes les terres incluses dans la réserve foncière agricole sont également exonérées de l'impôt sur la fiscalité et le transfert de biens.

Pour quiconque prévoit d'acquérir des terres agricoles, que ce soit pour eux-mêmes ou pour son entreprise, il est important de lire la législation pour connaître les exigences pour acquérir des terres considérées comme des terres agricoles dans une province spécifique.

Règlement sur les terres agricoles

En plus de la loi sur la réserve des terres agricoles, plusieurs autres lois sont en place pour régir ce qui est considéré comme des terres agricoles.Le gouvernement provincial est responsable de la publication de ces règlements pour guider les propriétaires fonciers et le ministère dans l'établissement d'une réserve de terres agricoles et toutes les terres considérées comme des terres agricoles doivent se conformer à ces règlements, qui s'ajoutent à la Loi sur les réserves de terres agricoles. Ces règlements peuvent être consultés ici :

Les terres utilisées à des fins agricoles comprennent :

Tout terrain ou bâtiment, ou la partie d'un terrain ou d'un bâtiment utilisé pour exploiter une entreprise agricole, agricole, horticole ou piscicole

Tout terrain, eau, bâtiment et structure qui est utilisé ou destiné à être utilisé pour une entreprise agricole, agricole, horticole ou piscicole

La terre doit être à proximité d'un marché foncier agricole bien réglementé dans une partie rurale ou éloignée de la province pour être considérée comme une terre agricole.

Un agriculteur doit être activement engagé dans l'activité agricole

Un exploitant peut acquérir une terre qui est considérée comme une terre agricole à une fin particulière et l'exploitant peut avoir plusieurs fins pour une terre de cette catégorie

Une société ne peut acquérir un terrain de cette catégorie à moins d'avoir été approuvé par le ministère

Une terre agricole ou un pâturage doit avoir un propriétaire qui n'est pas une entité telle qu'une société ou un particulier

La définition de terre agricole ou d'activité agricole se trouve dans la Loi sur les réserves foncières agricoles

La définition de l'agriculture se trouve dans la Loi sur l'agriculture et une ferme peut être incluse dans cette définition de l'agriculture.

La terre ci-dessus est exonérée de l'impôt foncier et de la taxe de transfert de propriété tant qu'elle est classée comme terre agricole dans une province spécifique.

Une définition des terres agricoles et d'autres termes connexes peut être trouvée dans la Loi sur l'agriculture, mais il n'y a pas de définition spécifique pour l'agriculture elle-même tant qu'elle est utilisée dans la Loi sur l'agriculture.

Le gouvernement fédéral possède environ 4,6 millions d'hectares de terres agricoles au Canada et la réserve de terres agricoles est l'un des plus grands avoirs fonciers de cette catégorie. L'Ontario à lui seul compte environ 2 millions d'hectares de ce type de terres et en est le plus grand contributeur.

Le gouvernement fédéral est également responsable de la majorité de la production alimentaire du Canada, aux États-Unis, le gouvernement fédéral est responsable de près de 50 pour cent de la production alimentaire du pays. À ce titre, le gouvernement fédéral est un contributeur majeur à la production alimentaire.

Dans cet exemple, il n'y a qu'un seul propriétaire foncier et c'est un agriculteur. Cependant, ces terres peuvent être divisées et vendues en petites parcelles qui sont ensuite achetées par des particuliers ou d'autres agriculteurs qui se lanceront alors dans l'agriculture et paieront la taxe foncière et les droits de mutation sur ces plus petites parcelles.

Dans cet exemple, il y a quatre propriétaires fonciers et la majorité des terres appartient à l'agriculteur.

Chaque propriétaire foncier ou locataire peut cultiver sur l'une ou l'ensemble de ces parcelles de terrain. Chaque propriétaire foncier sera propriétaire de la terre et est responsable du paiement de l'impôt et des droits de mutation, mais il est courant que l'agriculteur soit propriétaire de la terre mais la loue à un autre agriculteur ou à un producteur pour l'exploiter.

Si le propriétaire foncier a loué le terrain, le propriétaire foncier peut acheter ce terrain une fois le bail terminé ou il peut y avoir une modification du bail où le terrain peut être restitué à l'agriculteur sans payer le propriétaire foncier.

Généralement, la propriété foncière est considérée comme le facteur principal du montant de la taxe payée, mais le montant de la taxe peut être déterminé sur la base de la valeur des récoltes que l'agriculteur peut produire, sur le terrain lui-même ou sur les bâtiments qui s'y trouvent, cependant, de nombreux autres facteurs sont pris en considération.

Dans l'exemple de terrain ci-dessus, le propriétaire foncier serait responsable du paiement de l'impôt et de la taxe de transfert en fonction de la valeur des cultures qui pourraient être cultivées sur le terrain. Dans le cas d'un propriétaire, il


Voir la vidéo: Lhistoire de lêtre humain - la conception (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Ulysses

    Je pense que vous n'avez pas raison. Nous discuterons.

  2. Hajjaj

    Bravo, il me semble, est une phrase brillante

  3. Diara

    Où puis-je le trouver?

  4. Tojakus

    quelque chose chez moi les messages personnels ne disparaissent pas, l'erreur ce que ça



Écrire un message